Amener les publics à la découverte des métiers de la réparation favorise la redécouverte des artisans

Tandis que partout dans le monde, l’environnement est le sujet de préoccupation, les bénévoles du Repair Café réparent plus de 18.000 objets par mois. Le 7 mars, dans le village néerlandais de Bathmen, le millième Repair Café a ouvert ses portes !

De l’Allemagne au Brésil et du Canada à l’Inde et l’Australie. Voilà dans 24 pays, une fois par semaine ou une fois par mois, les bénévoles organisent un Repair Café. En 2009, Martine Postma, la directrice de la Fondation Repair Café, espérait arriver à 12 Repair Cafés aux Pays-Bas : un Repair Café pour chaque province. « C’est vraiment super qu’il y en ait mille, sur six continents, aujourd’hui », dit-elle d’un air rayonnant. « Cela nous montre qu’il y a de plus en plus de gens qui ont assez de la société du jetable. »

Jeter son smartphone ? Pas question !
Selon Postma, les Repair Cafés pourraient atteindre un public plus large, s’il y avait plus de bénévoles spécialistes dans la réparation de smartphones, d’ordinateurs portables et de tablettes. « Ces appareils font de plus en plus partie de la vie quotidienne et tombent souvent en panne. Mais les bénévoles de Repair Café réparent plus souvent des aspirateurs et des cafetières électriques ». C’est pourquoi la Fondation Repair Café réfléchit sur la possibilité de former des bénévoles dans la réparation de cette électronique grand public moderne.

Cela vous tente de réparer des objets en panne ou casés ? Alors, visitez un Repair Café. N’y a-t-il pas encore un Repair Café près de chez vous ? Pourquoi ne pas en commencer un vous-même !
Extrait du Site repaircafe.org.

Dans le Val-d’Oise, l’association Générations Solidaires  lance le label Repair Acteurs 2.0 pour dynamiser le rapprochement entre artisans et bénévoles avec pour objectif de professionnaliser ces derniers et créer des emplois pérennes.

economie_circulaire_schema_ademe